JOURNÉE NOIRE plutôt GRISE

par delprat

Hier soir après la projection de Amour à la cinémathèque.

« Amour  » j’y suis allée pour voir JLT et E.R.

Je n’ai pas envie de parler du film, qui m’a laissée de marbre.

Tous les acteurs , je veux dire les autres -infirmières et concierge-, pianiste sont très bien.

A la fin je descends pour saluer JL de la part de R. qui n’est pas venu. Je croise le regard de E.R, c’est d’ailleurs plus qu’un croisement indépendant de notre volonté et je balbutie un compliment à la noix, terminant par: « Je ne sais pas quoi dire ». Elle n’est pas particulièrement sympathique lorsqu’elle me suggère avec sagesse, de ne rien dire. Elle est belle dans son manteau du soir évasé.Mais bazar ils ont du se marrer sur ce tournage. Quelle angoisse…

Puis je chasse M. Escortée de C. et J on monte boire quelque chose.Ce qui ne fait pas de mal après cette épreuve. On retrouve E. et F puis M qui a une sorte de papillon noir discret sur le coté des cheveux. Elle est formidable. Et on rit.On reparle des SMS de cet été et de jardinage.  Tout le monde s’est rué sur le champagne pour décrisper  les moindres tendons!

Voici J.L qui s’assied.Il a l’air content. Et en forme. Une place à côté de lui est occupée par une jeune fille qui lui parle. M. m’envoie au front, à côté de JL pour faire tampon!!. Du coup, je passe une soirée Louravie, à côté de lui et lui demande de me raconter l’histoire du chien. Il raconte une histoire de chien moche et c’est désopilant, mais là, ce n’est pas la même. Il transforme le chien en deux chats…

Bref. F. est assise de l’autre côté, on est comme des chenets autour d’un feu.

A ce propos deux royalistes ce matin,ce n’était un secret pour personne, sortant visiblement de la basilique de Saint-denis échangeaient des informations sur des chenets à tête de Marie-Antoinette…Le garçon brun disait que,oui Monsieur Serre en avait, ou en avait eu.

—Flute! je n’ai pas pensé à vous.

Dans le genre Flûte une autre expression qu’emploie A. est : Bon sang de bois. C’est pas mal.

Donc des gens filment JL sans se gêner peut on dire, font des photos. Moi je me plie pour ne pas encombrer leur butin. Je repère un type insupportable, avec sa petite queue de cheval. Je le connais. R. le connait et on l’évite comme on peut. Il me fiche la paix et fait comme s’il ne me connaissait pas. Ca m’évite de faire le sale boulot. Il attend , je préviens JL qu’un rapace va fondre sur lui. Il s’en fiche JL. Le mec lui tend une photo, deux, dix. JL signe gentiment, très gentiment. D’autres font la queue et je suis donc spectatrice d’un tas de machins, de photos sans chronologie: Là jeune ,là encore plus, là Hamlet, là Lelouche, là …sais pas, là BB . On parle de Ma nuit chez Maud, du tournage de « Amour » . Des gens posent des questions. On dirait qu’ils veulent en savoir le plus possible en si peu de temps.

Je dis que sa signature diminue et que ça va finir par une virgule. Champagne. Oui. Zut, il est tard? Allez .

Je lui dis aussi qu’il est incroyablement disponible et fait bien son boulot.

On rentre par le métro avec C. qui part bientôt faire son voyage. R. m’attend et je raconte tout et tout et qu’il y avait Michel Bouquet et que j’ai croisé M. Comme j’ai passé la soirée assise je n’avais rien mangé…

Inutile de raconter le désastre au tennis ce matin. Zéro jambes.

J’ai travaillé cet après -midi et fait tomber un Disque dur. Bouffées de chaleur et panique.On verra demain. Je préfère ne pas y penser.

Et quand je vois l’heure je file voir la présentation de E. Comme on s’est vus au film, on reparle de ça. Avec F. on est d’accord.

E. voit différemment. Il y a du champagne et je ne bois qu’un jus de pamplemousse suivi d’un Perrier. Il y a des chocolats de la mort et des fromages délicieux. Mais je picore juste 3 chocolats.

V. me propose de l’accompagner aux Beaux-arts demain pour la soirée après Fiac. Je n’irai ni à l’un , ni à l’autre. Là j’en peux plus. Je pense à mon frigidaire à sapins, et au café de Saint-Bonnet…et aux bois.

Finalement la nécessité d’écrire un texte sur « Le monument près de la mer » me donne l’idée de réunir 4 histoires qui ont en commun l’Italie. Une avec la Comtesse Marcello, une avec le tableau de Bramantino où on voit une grenouille,une peut être sur la villa. Sais pas. Un peu inspiré des récits de voyages en Italie, Rome Naples et Florence , Paysages Italien de Wharton ou Errances en Allemagne et en Italie de Mary Shelley. Enfin bon… Je vais trouver. Il me faudrait 4 ou 5 de ces histoires. Elles dureraient 15 mn …

Et après je rangerai tout ça dans un tiroir!!!

Bon, j’ai faim et je suis fatiguée.Aucune idée de ce qu’est ceci. Tweed day???

Publicités