« Quand j’étais jeunesse »

par delprat

Après ces heures passées avec ES ( De 14h30à 18h ) je fille à vélo rejoindre AM dans ce bistrot de la rue du Chateau d’eau.

Il fait un froid terrible mais j’aime bien cette sensation après avoir travaillé toute la journée. J’ai enfin, je crois fini ce HI-Han song, et je vais pouvoir passer à autre chose dès la semaine prochaine. C’est à dire peindre ( ouille ouille le froid qu’il va faire). Finalement ça m’a pris un temps fou ce truc.

En ce moment R. doit dormir avec sa chapka!

Bon nous discutons tranquillement. Mais cette fois-ci le temps a filé, filé.

Angers, la veille ( Mercredi) était très intéressant. Les étudiants de HM travaillent , ne sont pas plongés dans des SMS. 3 Coréens, une Thaïlandaise, et un jeune chinois sont « les éléments exotiques ». Le jeune chinois qui a fait des petits films d’un fraicheur réconfortante dit: Quand j’étais jeunesse, je vivais Sud Chine.

Ce « quand j’étais jeunesse » me plait beaucoup, me fait sourire. On a envie qu’il ne le corrige jamais.

En parlant de cela, ce qui est bien à enseigner c’est que ça évite de parler de « quand j’étais jeunesse« , ( où alors c’est que l’on est un paternaliste vieux-con). Et tout à coup les amis parlent comme s’ils n’étaient plus jeunesse. Hum hum

Capture d’écran 2013-01-18 à 11.58.38

J’ai dit aux étudiants que je ne parlerai jamais de mon travail sauf s’ils me le demandent.

HM est un excellent professeur, exigent et passionné qui donne énormément, sans compter dirais-je. Ils ont de la chance les étudiants.

Elle m’envoie un mail quant à mon intervention, qui me fait plaisir.

Ce matin, tri du dossier SCOB ( les photos, les mails, les visites…

Je dois encore dérusher la fois dernière et hier.

Puis on se verra dans un petit moment. J’ai rendez-vous à FC pour un pré, pré montage le 11 février.

Vu Paul ce matin au café. Il a un boulot pour un an et repartira vivre au Brésil.

Publicités