Suite de l’âne/

par delprat

QGHB9_40VUJJWICVZR2

Suite à une conversation avec PC ( Où je suis super fière de lui signaler ces images qu’il me dit ne pas connaître/)

C’est bien La Fontaine qui a inspiré cette oeuvre.

Un peintre était, qui jaloux de sa femme, 
Allant aux champs lui peignit un baudet 
Sur le nombril, en guise de cachet. 
Un sien confrère amoureux de la dame,
La va trouver et l’âne efface net; 
Dieu sait comment; puis un autre en remet 
Au même endroit, ainsi que l’on peut croire. 
A celui-ci, par faute de mémoire, 
Il mit un bât; l’autre n’en avait point.
L’époux revient, veut s’éclaircir du point. 
Voyez, mon fils, dit la bonne commère, 
L’âne est temoin de ma fidélité. 
Diantre soit fait, dit l’époux en colère, 
Et du témoin , et de qui l’a bâté.

Celle-ci aussi est drôle:

D5H3_23S$OQZZLFY2W2

Scène from La Fontaine’s Fable ‘The Pack Ass’ ( je ne sais pas que c’est en Français mais cela semble curieux ? Je n’arrive pas à comprendre ce que l’homme en noir tient à la main???)

Subleyras, Pierre. 
Oil on canvas. 30.5×24.5 cm
France. Early 1730s
Source of Entry:   Yusupov Palace Museum, Leningrad. 1925la jument de Pierre 

Publicités