La Masse où je jour où j’ai voulu tirer dans le tas

par delprat

Commençons par cette nuit 3h. C. rentre en larmes. Elle s’est fait suivre et attaquer. Un type lui a servi le menu Lacrymogène et 4 autres se sont occupés de la suite. Tout ça pour seulement un portable qu’elle avait au fond de sa poche.

Quand je l’ai prise dans mes bras ça piquait partout cette saleté. Je l’ai consolée comme j’ai pu, un petit calmant et au lit.

J’étais rentrée de A.P après une journée pendant laquelle je n’ai cessé d’avoir froid. Le matin, j’avais eu envie d’aller au Louvre.Le musée est disons-le, complètement impraticable.

Ces hordes de gens dont l’expression est plus proche de celle qu’on a dans un aéroport quand on regarde les boutiques pour « tuer le temps » , que de celle d’un lecteur de bibliothèque…

Disons que nous avons moitié veaux marins, plus un pourcentage incertain – par ordre décroissant – d’abrutis, amateurs, gens concentrés. Tous marchent à toute blinde sans jamais penser à la course de Godard:

Après Jimmy Johnson l’américain qui était le premier à parcourir le Louvre de part en part en 9 minutes 45, les trois héros du film culte de Jean-Luc Godard  « Bande à part », 9 min 43 et les trois jeunes soixante huitard du film de Bernardo Bertolucci « The dreamers » en 9 min 27, c’est au tour d’un artiste suisse Beat Lippert de s’essayer à la course au musée et de battre ainsi le record avec un temps de 9 minutes et 14 secondes.

../… Beat Lippert étudie le plan de l’aile du Louvre pour choisir l’emplacement des quatre caméras qui suivront l’artiste dans l’aile Denon, traversant les salles de Peinture française, la Grande Galerie italienne, les Antiquités romaines, pour finir dans l’Escalier Daru au sommet duquel se trouve la Victoire de Samothrace. Le but est de rester le plus fidèle possible au découpage des séquences du film de Godard, qui a lui-même été repris à la lettre par Bertolucci.Le nom de la performance filmée, la Sprezzatura, fait référence à cette qualité recherchée par les peintres de la Renaissance : donner une apparence de facilité et de naturel aux réalisations les plus difficiles.

Bref le Louvre que j’ai vu hier est donc horrible. Les gens photographient en marchant, en parlant. Ils se bousculent , vous bousculent. Parlent fort.

Finies les déambulations le nez en l’air , la rêverie, la flânerie et les longues stations devant les oeuvres.F.I.N.I…

Je me suis réfugiée à la librairie; calme en comparaison.Je me disais que plutôt que de déplacer des oeuvres dans les aéroports, on ferait mieux de déplacer les aéroports dans le Louvre. Ce serait pareil.

Je n’ai vu personne manger en marchant mais ne désespérons pas, ça viendra.

Sans rire, c’est affreux mais on a envie de tirer dans le tas, de plastiquer tout ça…

Publicités