Enlever l’étiquette

par delprat

Capture d’écran 2013-10-17 à 22.31.01

chez CG/ Catalogue de la vente je ne sais pas où d’oeuvres de Yue Minjun

Ca coute une blinde. Bref

Donc cette nuit ça beuglait et j’étais derrière l’ordi à 7h à corriger les photos. Il fallait que l’on en discute et j’ai filé à la galerie avec mon pneu arrière qui est foutu et que je ne peux pas regonfler. Pourquoi ai-je pris le vélo dans l’état où j’étais. Mystère. Mais il fait si doux. J’ai ramé comme s’il y avait des côtes partout. Mais ramé. Pathétique.

On a déjeuné à côté de la galerie,( croque -Madame et bonne salade et pourquoi j’ai pris un dessert?????)  pris RV avec G. pour les tirages. 17h30 – 18h OK…

Et je suis rentrée à la maison lamentablement avec mon pneu à moitié à plat… Ma sonnette à fond pour lutter contre le piéton à écouteurs….

Un bain ( j’avais froid…) et je m’allonge 5 mn tu me réveilles si je m’endors?

J’ai sombré et quelle angoisse de devoir repartir. Aller à Saint-Germain .

« Ca », ça m’a accablée.

Je voulais faire plaisir à C.T, et aller voir ses dessins présentés chez Ralph Lauren*  ( J’avais jamais fait attention que RL était Boulevard Saint-Germain). Bon m’y voilà. Mon nom? Oui. Bon, je sors mon beau ( simple et vraiment beau ) et luxueux carton. Il y a un personnel de dingue-bonjour madame-un plateau présenté par des gants blancs.

Je monte.

Des fringues yen a à la pelle et dans les escaliers des croutasses qui vous mettent dans une sorte de fausse ambiance  » on est bien près du feu après avoir chevauché sur la lande ».

C »est super bien vu, le côté cosy-chic, décontracte-classe., moins « coincé du cul » ( pardon )que  Arnys ( qui n’existe plus-à Sevre Bab qu’on se souvienne de ces fringues chic et mauve, aussi réactionnaires que ridicules dans leur « élégance » germanopratine..

Je chope au premier étage un petit machin:

—Girolles

Va pour Girolles mon chou. C’est bon ce micro truc. Je croise des gens assez raides avec leur verre de champagne à la main. L’espace est surchargé à mon gout. Il y a des belles choses qui m’angoissent. Et ces gens, tous les mêmes…Mais je suis venue voir C. et ses dessins, pas des pulls en je ne sais pas quoi, poil de poussin, ou de jeune cheval … C. est très charmante et tout de noir vêtue. Ses dessins sont beaux.

Mais ce mélange dessins-fringues me laisse perplexe. Qui sert quoi??? Je ne peux sincèrement pas croire en ces choses. Ce que j’espère c’est que les dessins ont été achetés. Et que le dessin représentant le dernier étage n’est pas justement celui qui a été acheté pour peu ( genre être ici c’est bon pour vous!!!) alors que c’est si on peut dire une commande ( je suppose… Mais je suis un vieux singe et… Vous connaissez la suite…)

Sinon c’est effroyable d’utiliser des jeunes artistes qui ne sauraient évidemment pas refuser d’être une sorte de dindon, d’une sorte de farce. En parlant de farce, les girolles étaint super bonnes. Faust Ah Faust….

J’ai tourné, j’allais dire dans l’expo, mais disons dans le magasin, viré, touché des pulls des chaussures. Un type essayait un manteau, et derrière un dessin apparaissaient des vestes. A coté d’un autre des jeans chic et un casque de moto.

Le vintage est au dernier étage… Je déteste, ce « on est bien chez vous à la Nescafé« .

Croisé X et X, surgis d’un autre monde… Celui de leur temps où ils étaient courtisés,  » où ils servaient à quelque chose ». Fini. Personne autour d’eux. A eux  de chercher les autres,  de parler d’eux.  Hum….

Me suis sauvée en souhaitant bon,vraiment bon courage à C. Elle va en entendre des conneries ce soir. Déjà j’ai surpris un  » Vous mettez combien de temps…  » Bref .

Je file, car je veux faire plaisir à V. qui est à la galerie Agnès B. pour Drawer. Les filles du Drawer sont sympas et les gens aussi. Mais j’ai l’impression de faire les magasins. Manque plus que Vuitton, Chanel, etc…

* voir sur mon FB le bazar aux beaux-arts avec les ateliers des étudiants vidés pour la fête de RL , le mécène…

Ca pète d’ailleurs toujours aux BA. Tant mieux.

Parfois je me demande ce qui se passerait si on ne devait plus joindre d’images dans les blogs, FB etc… Une sorte de restriction, de couvre-feu visuel….

En sortant du labo, j’ai demandé à Barbes s’ils changeaient la vitre de mon iphone brisée. Oui . 20 mn , 25 euros. Je paye. Revenez plutôt dans 30 bonnes minutes. Je vois. Je reviens  et évidemment le type qui normalement devrait être abominable vue la clientèle n’a pas commencé. Renevez dans une heure.

—Surement pas. Rendez-moi les 25 euros.

—OK 10 mn

—OK

C’était impossible de gueuler. Ce type au visage intelligent, russe -je crois qui passe sa vie dans les PIN, SIM, déblocage, téléphones volés et tout le bazar. Ce type qui a devant lui en permanence des mecs en survet pour qui le portable, c’est toute la vie… Et vous m’imaginez dans cette ambiance, zen avec mon bouquin de Cocteau bleu pâle qui parle de sa tapisserie Judith et Olopherne??? Un de ces mecs, je l’aurais emmené chez Ralph Lauren serait devenu criminel . C’est certain.

Je suis repartie bien contente avec ma belle vitre de téléphone et la queue derrière moi. Dans le métro un mec hurlait  » Ya quoi???; Ya quoi???? » sans cesse.

Bon après tout ça, j’ai filé et me suis retrouvée rue Quincampoix. Décidé de rentrer à pieds pour me laver des marques, des étiquettes, des rayons hommes, femmes, chaussures, soir etc….

Bu une Bière en terrasse au Café des Artistes à l’angle du Boulevard