Rêve.

par delprat

A.F est chez mes parents, et mon frère ainsi que des petites filles.

On avait installé dans ma chambre une fille malade et moi qui avais dit: « Regardez l’heure je serai prête dans à peine cinq minutes », j’ai été contrariée de cette intrusion. Il fallait que je prépare des vêtements avant que la chambre ne soit dans le noir. Dans la salle de bain pas de savon, rien. C’est impossible de juste passer sous l’eau. Je me rhabille et en courant ( la route descend, à ma gauche la grille de la villa Médicis- ). Au coin un supermarché genre Monoprix. —Le gel douche? Là -bas à l’autre entrée.

Je passe devant un grand type pour demander où est le rayon, il m’attrappe le bras et me dit:—  » Hé là » , montrez nous ce que vous avez.

Je n’ai rien d’autre qu’une boite vide de Kusmi-tea que j’ouvre puisqu’il me soupçonne de l’avoir volée. A l’interieur elle et rongée de rouille. Le vendeur me donne un paquet de 5 petits flacons. Au moment de payer, je n’ai rien. Pas un sou, pas de porte feuille. Je repars en courant, ça grimpe, et en reprenant mon souffle, je sens mon porte feuille dans la poche droite de mon pantalon gris-bleu. Je repars, c’est une course terrible. Et me voici derrière la Résidence Saint-Exupery-je ne sais plus où est la cité scolaire-. Face à moi un mur recouvert de racines. Comme si c’était naturel, une dame en tailleur s’y engage. C’est le chemin me dit-elle sous un  chignon des années 60. J’ai peur mais je m’engage sur la paroi. Hum. Ca va je grimpe… Ce serait dans la réalité tout bonnement impossible. On papote et puis j’arrive presque en haut et au moment du rétablissement j’aperçois un étudiant qui curieusement est positionné comme si on était de plein pied.

Il est immense, il mesure la hauteur du mur.

—Vous pouvez me pousser dans le dos pour facilité la fin de l’ascension?

Pas de problème. Il me pousse et je me tiens à un siège de bois en forme de pétale. La fleur en fait est un ensemble de sièges disposés en cercle pour une réunion japonaise.

Je cours et ne trouve pas la cité Scolaire dans ce décor impressionnant, des cuves, des machins genre observatoire, et au loin splendeur la cathédrale dont il ne reste qu’une carcasse métallique après l’incendie. Je demande mon chemin au mileu de rails. Ah mais c’est Rémi Duriez qui me répond. Il ne me reconnaît pas. Je reprend ma course…

Pas relu, je file