fair is foul, and…./ Again

par delprat

Capture d’écran 2014-04-10 à 18.05.32

C’est quand même franchement hideux non? Et horrible à porter. Gout un peu amer.

Fini le grand dessin et recommencé à peindre hier. Il semblerait que l’époque des devis soit terminée et que je puisse penser à ce qui m’intéresse. Pour les machines…. C’est B.

Moi je tricote, je couds n’importe comment mais en m’appliquant. J’ai reçu mon col du costume de Gilles de Binche commandé sur ebay. Je ne sais pas ce que j’en ferai mais ça me plait.

Essaie d’attrapper au vol une nuit de plus pour C. à la Villa. Mais c’est full. F me propose une nuit dans un petit hôtel qui donne sur le jardin. OK.

Elle est drôlement sympa de m’avoir permis de louer deux nuits pour le prix d’une. Comme je radote, je ne sais plus si j’ai déjà râlé car les ex-pensionnaires ne peuvent plus se promener seuls dans les jardins…;

Je ne sais pas pourquoi je mange à toute vitesse cette pizza de boulangerie que je regarde du coin de l’oeil posée à côté du clavier.

Cette scène est pour moi l’image du mec qui joue en ligne sur un PC et fait des jeux de rôles ( j’ai certaines idées toutes faites: il a les cheveux gras, une queue de cheval, un tee-shirt noir avec un dragon dessus en vert fluo et il est anti-Mac. Il a un manteau long ) .

Manger devant l’ordi c’est vraiment pas terrible. C’est tristounet.

Capture d’écran 2014-04-11 à 14.13.56

 

Ca c’est ma main.

Et pourquoi cette image. Et bien l’autre jour au vernissage Langlois on s’extasiait devant ses dessins . Et avec HL on disait qu’on adorait les crayons de couleur rouge bleu. Je lui ai donc envoyé cett image dès que j’ai retrouvé ce crayon dans mon atelier. Et il m’a répondu:

—Oui, c’est exactement celui qu’utilisait mon grand-père.

dessin langlois

 

« Sans titre » (1934) d’Henri Langlois  Paris / Bibliothèque Nationale de France..

Tiens sur WP, on peut changer la taille des images comme ça. Ah , c’est bien ça.

Elle est écoeurante ma pizza Française.

Prendre le train tout à l’heure pour un aller retour à A. au FRAC Picardie pour le vernissage. Je prends un polar d’avance de Arnaldur Indridason. Je suis passionnée par son génie à rassembler des situations, assembler des faits qui a priori n’ont rien à voir les uns avec les autres…

Ce matin/ Galerie… En finir.!!

 

Publicités