CHER JACQUES….

par delprat

Notes

Jacques Damase est né à Brest en 1930. Il a ouvert sa première maison en 1948, alors qu’il n’était âgé que de 17 ans. Ce qui en faisait le plus jeune éditeur du monde. Dans les années 50, il fréquenta à Paris des artistes et gens de lettres, et se fit notamment un ami de Sonia Delaunay, ou encore de Jean Cocteau.Bon. Comme image je voulais insérer une photo de la terrasse hier soir. C’est à dire un fond noir et les quelques petites lumières sur la table après le repas qui créaient une intimité propice.

Capture d’écran 2014-07-18 à 14.00.27

la terrasse après le repas

Il fait très noir. Il n’y a que les étoiles car la lampe du hameau a grillé. J’aime bien cette atmosphère.

U. et moi , seuls maintenant avons commencé à parler de J. dont j’ai appris la mort hier après-midi. Aux Etats-Unis? Un accident?

Même si on ne se voyait pour ainsi dire pas, j’ai eu un choc. J’aimais beaucoup Jacques Damase.

Une personne rare et étonnante. Je ne sais plus quand on s’est rencontrés…. Il y a… Ce devait être en 85…

Si. j’entre un peu intimidée dans l’appartement du Parc Monceau où je suis invitée pour une  » réception ». J’aime bien le mot dans ce contexte. On ne dit plus trop « une réception » tout simplement parcequ’il n’y en a plus de ce style peut-être. On devait dire réception à l’époque des Bestegui ou des Noailles..

Appartement sur le parc, personnes élégantes. Une mondanité cultivée et , j’ai oublié son nom, ce garçon Anglais et souriant qui nous apportait le Champagne. Jacques m’avait accueillie avec son immense sourire abrité par un long nez. J’adorais Jacques  parcequ’il m’évoquait un monde plus proche des Ballets Russes que de tout ce que je connaissais. Il était une personne merveilleuse au sens où des moments de Merveille pouvaient exister. Extra-ordinaire… Il avait  un souffle, je ne sais comment dire. Il était un dandy et il était snob.

Jacques n’était pas n’importe quel snob non, il était un snob. Au plus beau de la signification du mot. De la signification pour moi.( car normalement snob est péjoratif, tendance Verdurin !…) On peut être snob en étant élégant, intelligent, drôle , singulier et profond. Je pense que Jacques était snob, comme Cocteau l’était. Bref, ça me plaisait infiniment. Je n’en ai je crois jamais rencontré d’autres. ( Allan est de cette famille aussi à la réflexion …) et la Comtesse Marcello aussi….

Nous nous sommes vus aussi à Venise en 86 peut-être. Je ressemblais alors  à ceci. Tout dans la simplicité! et sans insister sur  la chaleur accablante de ce jour-là!!!

Capture d’écran 2014-07-18 à 14.25.24

LN Venise 

Il était arrivé, je me souviens accompagné de P. et il portait un short assez court, roulé sur les cuisses et des chaussures montantes. Très élégant avec ses grandes lunettes et ses jambes musclées. A ce moment là il devait avoir exactement l’âge que j’ai aujourd’hui. Il m’impressionnait. On avait beaucoup ri -rire de bêtises délicieuses- et de farces sans conséquences ( j’avais ajouté à l’installation de P. une gondole en plastique et lumineuse que j’avais branchée) . Depuis j’aimais à me nommer l’Horrible, ou l’abominable HD , avec comme devise  » faire souffrir  ou mourir »….

Bref. Hier nous avons souri quand U. qui a photographié Jacques ( j’aimerais voir les photos) , me racontait que le jour du rendez-vous précédant les prises de vues, J. avait déclaré que seul Cecil Beaton l’avait « râté »!!!! Ca j’adore. U. disait qu’il était peu à l’aise après une telle confidence.

Je ne trouve pas de photo de lui. C’est bizarre. Juste cette petite image..

Et la voix …. Cette voix… Il parlait  » du nez » parfois. Toujours? Jamais…

On peut l’entendre converser avec Remy Yadan quelque part sur le net.

Le jour d’un de ses anniversaires j’avais souffert le martyre: Qu’offre t’on à Jacques Damase.?

J’avais cherché et cherché et j’étais arrivée avec un tout petit paquet.

—Oh…

C’était un scarabée très beau que j’avais acheté chez Deyrolle-avant incendie.

—Tu sais que j’avais un scarabée en laisse.?

Je me demande si j’ai inventé cette histoire. Un scarabée attaché par un petit lien d’or…

Il y eut des réveillons géniaux. Une fois même on avait raccompagné Maud Linder je me souviens…

La dernière fois que je t’ai vu Jacques, je passais en voiture sur le Boulevard . Je t’ai aperçu . J’ai ralenti et hurlé:

— »Jacques »!!!! »Jacques »!!!! ( et nous n’étions pas dans les Yeux sans visage )

Tu t’es retourné mais tu étais assez loin..

— C’est l’abominable Hélène, Jacques!!!

Tu as agité la main en un grand bonjour puis comme si tu  répondais au téléphone tu m’sa indiqué que l’on devait s’appeler….

C’est ainsi….

damase