Et maintenant..

par delprat

Bon si j’y regarde de plus près, j’ai pas ma, travaillé cet été, et en vérité je ne cesse pas une seconde. Ni de travailler, ni de râler. Râler parce que je vais à l’atelier à reculons. Un mois que je suis rentrée de Saint-Bo où parait-il les fenêtres ont enfin été remplacées. Maintenant il va falloir une sorte de baie vitrée ou je ne sais quoi pour que le froid pénètre moins.

Rentrée aux beaux-arts passée. ( Ce qui est marrant ce sont les réactions des gens, comme si j’avais enfin un vrai métier. C’est « bien  » d’office d’être professeur et moi je ne le vois pas du tout ainsi. C’est bien, si cela ne devient pas un attitude raide.

Et puis c’est bien si ça ne dure pas 107 ans probablement et puis c’est très bien si on n’en a pas besoin pour vivre en vérité. Sinon ce doit être l’enfer vécu pas pas mal de gens. Partir en province, dormir dans le même hôtel depuis X années…

La semaine dernière c’était agréable puis j’ai filé à Beaubourg, au café C pour attendre C en lisant les cahiers Renaud Barrault que j’avais achetés le midi sur les quais. Ceci concerne La cerisaie et c’est très intéressant. Je me demande comment et pourquoi j’ai atterri au Prix Marcel Duchamp qui était assez ridicule. Ridicule pour moi  » d’y être » je dois dire. On est restés à l’intérieur 5 mn montre en main, le temps de siffloter l’air du Marchand de sable dans Bonne nuit les petits et grossièrement on s’est barrés pendant la remise pour aller boire quelque chose qui nous rafraichirait les méninges. Je suis remontée à vélo ce soir là est C. est passée.

La semaine, je ne l’ai pas vue. j’ai encore travaillé au montage le Mercredi, lu. Lire est ce que je dois faire en ce moment. J’en ai besoin pour avancer. Là je m’ennuie sérieusement avec mon travail ( présenté aux BA mardi aprem ). Mercredi soir, chez NB pour présentation des nouveaux profs aux prof. Je sui strès contente d’avoir rencontré Jean-Yves Jouannais dont le travail m’intéresse particulièrement.

Re- velib et retour.

Hier RV avec VDC. très agréable et elle m’invite pour le nouveau festival au Centre Pompidou. C’est cool. Mais il faut absolument que j’avance sur d’autres choses. Je m’ennuie ( bis) au sens j’ennuie moi avec mes trucs.

Donc ce matin, je me suis dépêchée pour partir à A. Et je n’ai pas décollé. Je culpabilise à mort et ça ne sert à rien.

Encore des corrections tout à l’heure du film. Apres: Film fini, peintures de cet été OK. Continuer la peinture et en même temps filmer.