DIMANCHE

par delprat

 

Capture d’écran 2015-02-09 à 07.39.43Herzog

La ballade de Bruno-Stroszek- film dans lequel on retrouve une scène toute proche de celle dans « les nains… »: Le camion qui tourne seul, le cercle, la machine qui s’emballe, la poule qui danse, l’autre qui joue du piano.

Tennis pas mal. Pas mal du tout sauf que j’ai cru me faire un étirement de l’autre côté…. Décidemment.

On devait aller à la Master class de Malkovitch puis on est restés ici.

Kaspar Hauser

Bruno Schleinstein est le fils illégitime d’une prostituée qui le bat à tel point qu’il devient temporairement sourd à l’âge de trois ans. cela le conduit à passer son enfance dans divers établissements psychiatriques. Il y passera 23 ans. Autodidacte, en plus de la peinture, il apprend à jouer de divers instruments de musique, y compris le piano et l’accordéon. Musicien de rue, il travaille également en usine.

Werner Herzog le découvre grace au documentaire de 1970, Bruno der Schwarze, es blies ein Jäger wohl in sein Horn de Lutz Eisholz et s’engage à lui procurer un rôle dans un de ses films. Malgré son inexpérience, Herzog lui confie en 1974 le rôle principal dans son film L’Énigme de Kaspar Hauser qui raconte l’histoire authentique d’un jeune homme amnésique et sauvage découvert au début du xixe siècle en Allemagne. Trois ans plus tard, en 1977, Bruno S. jouera dans un autre film de Werner Herzog, La Ballade de Bruno.

Après la mort de Bruno, Werner Herzog a déclaré « ‘In all my films, and with all the great actors with whom I have worked, he was the best. There is no one who comes close to him. I mean in his humanity, and the depth of his performance, there is no one like him. ». (« ‘Dans tous mes films, et avec tous les grands acteurs avec qui j’ai travaillé, il était le meilleur. Il n’y a personne qui vient avant lui. Je veux dire dans son humanité et la profondeur de sa performance, il n’y a personne comme lui. »).