Fair is foul / encore

par delprat

aaah_kaneko

Atsushi Kaneko

J’aime bien me lever tôt et lire pendant une heure en buvant un café dans la cuisine. J’ai trouvé  » Causeur » sur la table et lu quelques articles. Un sur Picasso et Guernica ( sur lequel , ou laquelle étaient collés des papiers de couleur et que P a décidé d’enlever pour ajouter de la gravité à cette commande d’oeuvre.)( Pas vu Picassomania-je déteste le titre-)  Un article amusant et intéressant sur Foucault / par Roland Jaccard. F. y parle de le nécessité absolue d’écrire de façon peu claire pour que les intellectuels Français y voient un intérêt. Ceci me rappelle une conversation avec une étudiante qui avait mis le museau dans  » Les mots et les choses  » et se trouvait stupide de ne pas y « entrer ». Quand je lui ai dit que ce n’était pas une mince affaire , elle était soulagée. Alors vous aussi ? m’a t’elle dit. Moi aussi ai-je avoué. A part le texte sur les Ménines, rien. J’ai abandonné. Steiner qui me fait toujours rire ou plutôt sourire ( Attention … comme il dit toujours ), dit, lui: Pourquoi s’emmerder avec ça!!! J’adore. Bien sur que Foucault n’est pas le quart d’un imbécile, mais la critique des intellectuels Français vus de l’extérieur est toujours plaisante.

La rencontre Steiner et Boutang est d’ailleurs passionnante – les rencontres- que l’on trouve facilement.

Fair is foul, and foul is fair:
Hover through the fog and filthy air. 

WS

Bon hier j’ai continué à peindre. J’aime bien le faire. Je pense qu’il faut être affolé par ce que l’on génère comme image. Affolé car on ne les connait pas encore ces images. Affolé par leur laideur lors de l’élaboration. Je pense que cette monstruosité est indispensable . Ce n’est pas non plus la garantie d’une réussite… Je vois beaucoup d’artistes baigner doucement dans ce qu’ils ont fabriqué. Cette douceur, cette beauté tiède ne peut exister. Je crois que l’on doit être fâché avec ce qui arrive, ce qui surgit. Comme si on voulait tout remettre vite fait dans un tiroir.