Dimanche studieux

par delprat

0xB2D8C7342460C6BDDC27C2118F0A2999

Pas mal le tennis ce matin. Pas mal. Pluie qui mouille.

Voilà le projet pour France-Culture envoyé, la lettre à Nuccio Ordine, la rédaction du sujet deuxième semestre et ce qui m’ennuie le plus: recopier les résultats des UC. Plus de non que je n’imaginais. Tout au moins plus de « à confirmer » au deuxième semestre.

Pas pensé à grand chose d’autre. Demain on travaille au sous titrage du film. Puis galerie. Mardi Cours.

Cette nuit j’ai trop rêvé. C’était infernal. Des chaussures fourrées à la tranche de saumon bio, une ville de Picardie, à vélo la nuit, le vélo disparu qui me rend dingue, le vélo retrouvé dans une housse de pied photo, des gens qui me jettent des balles de golf, la salle que je traverse et Claude Regy agonise, l’obscurité, les médicaments, les tickets de parking à côté d’une cathédrale. Ouf parmi les 100 tickets on trouve le bon, une page imprimée et dans le haut un carrosse et des chevaux dessinés au stylo bille et à l’envers, un cours étrange, sorte de yoga avec des gens anormaux. Je me retrouve avec tous les téléphones portables des gens dans mes poches et pas le mien. Dessiner sur du papier calque. Je n’ai pas payé les médicaments. Deux de mes doits étaient collés et on a du couper pour les séparer mais je dois aller à l’hopital mettre un tube(?), je parle et parler me reveille. J’en oublie. J’en oublie. C’est infernal. Pénible bruyant. Je me répète  » Tais toi, tais toi », mais je recommence à soliloquer à peine les yeux fermés.

Travail avec C. pour le sous-titrage et je ne me souviens pas de ma version définitive.

Publicités