L’homme detritus

par delprat

Capture d’écran 2016-05-12 à 10.26.25

Je suis allée au labo hier chercher les bandes de lectures. J’ai ralenti à Jaures en découvrant sur le terre-plein l’image d’un type ou d’un femme allongée dans un sac de couchage. Son dos nu en sortait.  Des pigeons l’entoutaient. Je me suis dit: C’est l’homme-déchet, l’homme détritus. Est-il vivant… Et j’ai continué ma route. Au retour j’ai garé mon vélo et je suis allée sur ce terrain sale, avec des détritus, des bouts de pain, des sacs plastique,  des chaussures, des barquettes avec de la sauce, une orange. J’ai tourné autour du corps endormi, peau sombre. Il ou elle avait un collier autour du cou, comme seul lien avec l’espèce humaine , un collier assez gros avec des perles. Maintenant j’inspecte l’image et j’y vois des tas de vêtements crasseux ; un pigeon dort le bec dans sa poitrine et il y en a cinq autres qui picorent des saloperies. Il est curieux celui qui tout gonflé de plumes est immobile à vingt centimètres de la tête du corps. Corps  fin,  cheveux gris,  dos nu.

J’appelle et j’appelle et j’appelle le 115. Je ne parviens pas à les joindre et … je pars. Ca n’interesse personne cette misère,  ce truc qui respire encore, cette épluchure vivante, cette poubelle. Cette pourriture.

Je soupire en me disant que c’est terrible. Il y a beaucoup de gens dans la rue , mais beaucoup de gens fous aussi qui devraient être soignés. Le 115 ne peut pas tout faire.

J’ai travaillé mollement mais avec plaisir. Lentement. Lentement. Ca n’avance pas beaucoup.

Yoga. Oups , ce n’est pas du tout le même rythme que ce que j’avais déjà essayé. Plus dynamique. Ca tire, c’est agréable. Mais je ne m’attendais pas à l’histoire du lotus et heureusment que ni V. ni C. n’étaient là sinon j’aurais éclaté de rire. Le lotus au nombre de pétales croissant et à la couleur changeante, ponctué d’une sorte de OOOOM. Je genre de truc qui m’étouffe de rire si j’ai un complice pas trop loin et même un peu loin d’ailleurs car un coup d’oeil suffit. Me sont venues à l’esprit des sottises qu’il ne serait pas difficile de décripter!

UC Mardi. Beaucoup de très bonnes choses, avec en tête Lou qui présente un ensemble formidable. Et aussi le livre de Clément, écrit à partir des 4 images : « Davos ». Impressionnant.

Ah oui aussi , suis passée à la conférence de Kader Attia. C’était très intéressant . J’aime sa façon de parler, de raconter. C’est vivant et riche. Ce qu’il dit de la réparation est essentiel. Mais je ne connais pas bien son travail. Est-ce au niveau de ce qu’il dit? Ou est ce l’illustration de ce qu’il dit. Ou pas.

J’ai toujours peur quand entrent en scène les gueules cassées. .

Un bain.

RV cet après midi avec Bustamante. ( PS ce n’est pas la raison de mon bain !)