— Pour moi, une boucle d’argent, carrée, sur une chaussure, et une libellule.

par delprat

KewGardens

Il est beau le livre du mari de Virginia Woolf. Pas très drôle ( la maladie de V . est en filigrane ). Ce qui est touchant c’est leur relation, l’amour qu’il a pour elle, son attention, son inquiétude constante à guetter le moindre signe d’une crise à venir. Et son retrait. Il parle et insère des fragments du journal de Virginia. On la découvre bordélique, on découvre son goût des « mondanités ». C’est surprenant. Et puis son acharnement au travail.Mais ça c’est moins étonnant. Sa peur du jugement des autres. Et puis le contexte, le paysage, les châteaux, la campagne, Londres bombardé. Ce qui est amusant aussi c’est l’achat du matériel d’impression pour les livres, avec la notice. Cela donnera Hogarth press dont le premier livre imprimé à la main dans le salon,  est je crois Kew gardens, que je ne connais pas.

« Well, why are you silent? Do you mind my thinking of the past? »

Je suis bien trop lazy pour lire VW en anglais.

Publicités