Partir en vrille

par delprat

capture-decran-2016-09-21-a-10-08-48

Isola bella

Hier après la rentrée aux Beaux-arts ( j’ai mis les fausses dents…) on a pris des places pour Bob Wilson: Faust. Je ne suis pas une fanatique mais c’est toujours intéressant et même si je trouve son esthétique quelque peu figée, j’avais bien aimé l’opéra de 4 sous avec le Berliner. Je pense qu’il devrait boucler la boucle et faire un truc à l’arrache et sans argent.

Une guêpe abeille nous tourne autour. On l’enferme dans la petite carafe de jus d’abricot, sous l’oeil désolé de notre voisin qui déjà nous a vues pouffer quand un type s’est pris les pieds dans la grille du trottoir. V . engage la conversation. Il lui donne sa carte et dessus il y a … deux abeilles dessinées.

Je m’achète un maillot de bains à 10 balles

Rangement encore.

Puis galerie avec Benoit.

Puis je récupère mon vélo qui est resté là-bas depuis Juin et l’hôpital. Je ne pouvais plus faire 100 m.

Bref je remonte et je sens que le temps se couvre. Arrivée à la maison, je pleure et pleure et pleure en rangeant encore les livres. Armelle tente de me joindre sans doute pour m’inviter au théâtre. Je ne réponds pas. C. m’appelle de Vienne, je réponds( pourquoi) et pleurniche. On a rendez vous avec C. pour aller voir Infiltrator Place Clichy. Mais au Wepler on commence à boire un verre puis 2 puis 3. On a faim. On file vers Pigalle ( SoPi!!! ), moi sur le porte-bagages. Terrible. Je ne sais pas comment on est arrivées entières Aux artistes. Et on continue. Des frites. Il y a B2B, Jacques arrive, Antoine est là. B2B au lieu de sortir un flingue nous tend son livret de famille. Je ne sais plus ce qu’il nous raconte. On pleure de rire. Bon ça fait du bien. Camille est vraiment une merveille.

Il fait beau.

capture-decran-2016-09-21-a-10-16-11

Rangement. encore et encore. Papiers, revues, articles, livres