FIEVRE du Mercredi

par delprat

casque-armure

Je ne sais pas où j’en étais. Au vernissage à la Maison Rouge? Un monde dingue et pas mis un pied plus loin que l’endroit où on peut boire un verre. Non. Non. J’irai tranquillement. Ensuite, au Divan, la soirée Marie-France. Mais zut je dois partir à 7h le lendemain donc je suis un peu sérieuse. Pas assez et le réveil est un peu pénible. Rouler . Rouler. Kiki Picasso parle et moi je tousse comme une bête, ayant passé ma journée au lit à lire et dormir. En même temps c’est assez délicieux. Mais c’était mieux quand je n’étais pas seule et que R. ouvrait doucement la porte pour savoir si ça allait mieux, si je voulais que vienne le médecin-c’est plus prudent. Du coup , j’ai fait comme s’il me grondait et j’ai appelé Jean-Charles pour qu’il vienne voir si je dois prendre des médocs. Oh putain je réalise que la fille assez désagréable et qui me demandait pourquoi j’avais un ticket gratuit pour boire un verre, qui me l’avait donné, est-ce que j’étais dans l’expo, pourquoi alors j’avais ce ticket si j’étais pas dans l’expo et elle si- est O.C de Bazooka. Ben mon vieux. Je dois claironner ça à CR qui va rire. Faut pas vieillir.

Bon, c’était rapide ce passage à l’école. Difficile comme maintenant d’y être sans R. Mais c’était magnifique et j’étais contente de voir E, P et A. et CM m’accompagnait pour le boulot et elle était contente. On a vu Paul, et Jane et la famille des Granges. C’est beau de voir la nature même si c’est bêbête de le dire. La vue depuis Montarcher toujours magnifique. Bon. Retour Dimanche. Le retour est long. C’est long. Le soir je fais quoi. J’annule le theatre car je sens que je commence à tousser. J’annule aussi ce soir, zut, et j’annule demain Judith Magre .

RV à la galerie Lundi, puis B. On est fatigués et on ne fait rien de bon. Je commence à flipper. Le lendemain Beaux-arts. J’y arrive à 9h. Pourquoi je n’en sais rien. Je prends des bouquins à la bibliothèque fermée à cette heure ci c’est extra d’y être. Je prends Kantor, Kentridge, Godart le livre de Beaubourg en 2006, sais plus. Il y a des étudiants qui ne regardent rien, d’autres qui bouffent tout. Il y a ceux qui n’ont pas confiance et je le sens. Tanpis. Dommage.

J’ai l’impression que ça va mieux là. Demain je travaillerai ici. Je dessinerai la grille et commencerai à mettre sur un disque les trucs pour la monographie.

Le texte de C est bien. Ca me va. Dimanche RV avec la galerie de Berlin qui veut me voir avant le RV de Lundi. Mais j’avais oublié qu’on avait rendez vous Lundi. Ah nan c’est celui d’après quelle cruche;

Les Beaux-arts veulent inviter ES. Quand même le directeur pourrait m’en parler directement et prendre son téléphone. Je trouve assez jouissif que Edith Scob ne veuille être interviewée que  par moi dans ces circonstances de « conférences extraordinaires « . Ca me fait rigoler.C’est avec moi ou pas . Hahahah. C’est bon ça. C’est extraordinaire. Elle n’en a rien à foutre des honneurs et de l’amphi du même nom. CA ne la fait pas rire. Bon.

Je reviens plus haut. Cette saucisse d’herbe m’a semblé délicieuse. Elle l’était et ce qui était drôle aussi c’est la photo d’une vieille dame à qui on a mis les lunettes offertes à C.

capture-decran-2017-03-01-a-20-25-43

J’aime bien les éditions des beaux arts, des petits livres noirs très jolis.

Hier à Orsay remise de la légion d’honneur à G que j’appelle mon petit caramel médaillé. Juppé lui remet le machin. Il est élégant mais Guy bien plus drôle. Juppé à l’air sympa, da femme est classe mais bazar comme il parle. Ca sent pas le prolo !!! Fabius, Toubon qui a pris un drôle de visage comme si ça rétrécissait au milieu, Foucard notre prof d’histoire de l’art, vouté et esseulé, Jean Clair élégant et distant. Sa femme sympa. Bon ben c’est pas du perdreau de l’année tout ça ma fille. Ben toi non plus dit une voix. Mais moi c’est pas pareil.  Robert Carsen, Veronique Colucci avec qui on fait des photos souvenir, et j’ai filé à l’anglaise car j’avais chaud froid. La suite le 11.

Bon.

C’était hard hier en rentrant et en allumant France Culture dans la cuisine, de tomber sur la voix de R. Brrrrr

Publicités