Ils meurent

par delprat

PCJ

Entre Jean Paul Curnier et Gonzague Saint-Bris… Heu comment dire.

Je ne lis pas les journaux ici chaque jour et j’ai appris la mort du père de P. , par fB. Puis suis allée sur le site du Monde.

Ma très chère Hélène,

Je t’écris d’une ancienne bergerie à flanc de Causse lozérien, à l’heure de la sieste et avant d’attaquer à nouveau mon chantier avec mon beau-père. Les mouches, la guêpe se tape le corps sur la fenêtre – tu connais. J’ai attendu aujourd’hui pour t’écrire combien je suis triste de la mort de Flamme, et combien, depuis ce jour de juillet au fin fond de l’Islande à l’embarcadère des baleines, alors qu’accidentellement j’ai ouvert ma boite e-mails je pense à toi, l’effroi de cette nouvelle m’a glacé et je ne cesse d’y penser. Je serais venue aux funérailles si je n’avais pas étée si loin pour lui montrer, pour te montrer, combien il est une belle personne dans mon coeur, et joindre ma tristesse et mes plus beaux souvenirs à tous ceux qui l’ont aimé ou admiré, l’aime et l’admire. Lorsque son beau visage, son incroyable sourire est apparu dans l’email, j’ai souri comme pour lui rendre et fut prise d’un vertige immédiat – cette image ne me quitte pas, elle est très belle. Ce jour de juillet à l’annonce de la mort de Flamme je vivais moi même un enfer mortifère, à attendre les résultats de chimio de mon père après sa récidive d’un cancer au foi. Les résultats aujourd’hui sont bons, il peut s’en sortir, mais jusqu’au premier août et depuis deux mois je vivais dans une léthargie totale, je me sens si légère aujourd’hui, si détendue, le reste m’importe peu. J’avais envie de te téléphoner mais j’ai trouvé cela déplacé, too much, puis j’étais sacrément émotive à ce moment-là, j’avais envie de te voir à la place, même si je n’avais pas de nouvelle de vous deux depuis longtemps et n’avais pas suivi le cours des choses. J’aurais voulu être aux funérailles. 
La dernière fois que j’ai vu Roger Dumas, c’était à Nice imagine-toi, se la donnant sa race totale sur les planches de ce gigantesque bâtiment-théâtre. Puis, tard dans cette nuit de juin nous avons écouté le récit de sa tournée interminable en sirotant un martini, les acteurs stars, mon fiancé et moi, moi si fière de lui présenter Flamme, et son ex-femme mystérieuse rôdant sur les ondes du téléphone ou dans ta mise en garde, je ne sais plus si elle était vraiment quelque part finalement celle-la, ça ressemblait à un climax de comédie. J’espère que Roger n’a pas souffert, ni la dernière année, ni les derniers jours, et que cette fin de vie fût aussi heureuse et rigolarde que ce que vous avez eu l’air de passer ensemble – petit cirque étincelant.
Je ne viens plus à Paris que pour quelques heures, l’histoire d’un ou deux rendez-vous. Je vis à Amsterdam puisqu’en résidence à la Rijksacademie encore quelques mois, et en décembre nous devrons vivre ailleurs, je ne sais toujours pas où, Bruxelles, Berlin, Paris, pauvres de nous. Tobias finit sa thèse calamité, s’il la finit, et traduit des livres, Balthazar sait presque raconter ses rêves et part à la chasse aux cacas de brebis. Qui sait où tu es toi ce quinze août, à l’école? à Paris? Peut-être encore ailleurs que j’ignore, mais j’espère que tu tiens le coup grande Hélène. J’espère que tu ne m’en veux pas de ne pas avoir réagi plus tôt, et que, si je peux faire quoique ce soit, tu ne te gêneras pas pour me le demander.
Tu le sais, je suis toujours toujours absolument heureuse de te voir, de pouvoir t’aider, ou d’avoir de tes nouvelles, quelqu’elles soient, et sans aucune manière.
A presto j’espère, tu es mon invitée à Amsterdam quand tu le souhaites jusqu’à mi novembre, et là où nous habiterons par la suite, toute la vie.
Je te sais extrêmement forte, quand bien même il te faut bien le coeur d’une baleine pour s’accrocher. 
Vive Flamme pour l’éternité.

Pauline

Je cherche et retrouve ce mail où P me disait la maladie de son père. je n’avais pas oublié cette belle lettre quand elle a appris la mort de R. Quand avec un étudiant ( P entrant dans la salle de jury à Cergy, P et le mètre carré, P en manteau rouge, P maman ) C’est trop bien.

Gonzague Saint bris;

Premier souvenir. Nous sommes à la fondation Cartier suite à une expo à laquelle je participe. On est en  jsais pas . 85 ou 7 . Bref. Diner et il est en face de moi. je jubile tant je le trouve sot, fat dirait-on et content de lui. le mec dont on dit: Quel con! même s’i a parlé de Leonard de Vinci. Pour moi déjà, je n’ai pas 30 ans, je sais que « ça » n’a rien à voir avec un dandy mais plutôt une espèce de pantin qui s’est fait un costume d’aristocrate à la noix. Il tient la table comme s’il était chez lui, et fait le paon, et dans mon souvenir, on morfle tous. Quand quelqu’un essaie sans mettre de clignotant de déboiter de sa file pour fuir, il prend un air autoritaire qui veux dire ta gueule je termine. Mais je termine quand. Dans un autre genre, yavait Michel Legrand un soir à côté de moi. Autant j’adore sa musique autant le mec était saoulant et point commun avec GSB: Il ne se détestait pas. J’ai eu à chaque fois que je croisais à l télé où dans la vie GSB un sentiment de compassion. Je le trouvais pitoyable. Puis R l’avait rencontré au festival de livres je ne sais où et m’avait dit: Nan il est sympa. Il a été très sympa.

J’veux bien.

Mais on ne change pas, tout le monde le sait et sa connerie ,arrogance et prétention à la fondation Cartier ne pouvaient être qu’un accident. c’était selon moi son visage.

Te voilà habillé pour l’hiver du Paradis Gon-Gon

Un matin je prends mon café aux Artistes et il est là incognito. Mou et gonflé.

Arrive ébouriffé Gonzague Saint-Bris avec un sac sur lequel est imprimé une fleur de lis. Il commande un crème et ouvre son courrier. Puis me vole mon Italien ( un Italien qui visite Paris et avec qui nous avons en gagé la conversation ) avec qui il commence à parler ( seul ) de châteaux, à dire qu’il est écrivain, à parler de lui quoi. Il offre à Manfreid une reproduction du lieu où est mort Leonard de Vinci. Puis nous salue car il va voir sa mère à la maison de la rue des Martyrs. A mon avis, il s’est gouré d’heure. Il est venu trop tôt. Je dis à mon Italien qu’il a parlé à une célébrité Française. Ca ne l’intéresse pas plus que ça et il ne me pose aucune question qui appelerait des réponses croustillantes. C’est marrant quand on est GSB de le croire. Les gens sont drôles.

Drôle aussi le grand noir carrément dingue hier dans le métro. Fou à lier dirais-je. Et en liberté. Il criait, marchait vite, faisait des grimaces et tapait sur l’épaule des gens. Puis il s’asseyait lourdement. ( october 2016 )

Alors pourquoi pas parler davantage de Curnier plutôt que ce type peut être pas méchant mais qui malgré son « érudition » comme j’entends à la radio était quand même bêbête.

Peut être que je me trompe complètement et qu’il était délicieux. Je ne regrette pas de n’avir pu le vérifier. Et mourir dans un accident de voiture , j’ai bien dit voiture et pas carrosse, ça manque de panache.

 Et puis on s’en fiche de ce que je pense de ce mondain professionnel qui va voir sa maman. Je suis méchante .

Publicités